Critique : “Tout, partout, à la fois” perfectionne le nihilisme optimiste


En 2012, le le légendaire compte Twitter @horse_ebooks a tweeté, “Tout arrive tellement.“Bien qu’à la limite du non-sens, le message a singulièrement capturé le sentiment d’épuisement qui accompagne le fait d’essayer de suivre le flot d’entrées qui demandent de l’attention chaque jour. C’est dans ce lieu de résignation chaotique que Tout partout tout à la fois intervient pour apporter de la clarté.

Tout partoutle dernier né du duo de réalisateurs connu sous le nom de Daniels (Homme de l’armée suisse), se concentre sur Evelyn (jouée dans des dizaines d’incarnations par Michelle Yeoh), une femme qui essaie juste de déclarer ses impôts pour faire fonctionner la laverie qu’elle possède avec son mari, Waymond (Ke Huy Quan). Sa fille, Joy (Stephanie Hsu), veut amener sa petite amie à la fête d’anniversaire du père âgé d’Evelyn (James Hong), qui est démodé et n’approuvera pas leur relation. Pendant tout ce temps, Waymond a du mal à trouver de l’espace pour dire à Evelyn qu’il veut divorcer. C’est raconté avec frénésie mais se déroule aussi comme une histoire parfaitement relatable sur le chaos de la vie et le sentiment d’être tiré dans mille directions à la fois. Et puis le multivers s’ouvre.

Les histoires sur les multivers sont innombrables dans la culture populaire. Pour preuve, il ne faut pas chercher plus loin que l’univers cinématographique Marvel. (Ironiquement, Daniels — Daniel Kwan et Daniel Scheinert—refusé l’opportunité de travailler sur Lokiqui s’occupait beaucoup de possibilités multiverselles.) Mais ils sont rarement explorés aussi en profondeur et de manière significative qu’ils le sont dans Tout partout. L’incursion d’Evelyn dans son multivers lui donne une perspective, une chance de concilier son travail ennuyeux, son mari pleurnichard et sa fille gênante avec des versions de sa vie dans lesquelles elle est une chef hibachi, une star de cinéma et – dans une torsion – un rock littéral. À parts égales introspection et science-fiction, le film de Kwan et Scheinert pousse tout cela à ses extrêmes émotionnels et logiques. Mais au lieu d’arriver à une conclusion nihiliste, cela pose une question plus optimiste : s’il n’y a pas de règles, pas de conséquences, alors pourquoi ne pas se déchaîner ?

L’absurdité traverse chaque scène. La navigation dans le multivers implique d’effectuer des actions stupides et aléatoires comme manger du baume à lèvres ou accepter un prix, et chaque fois qu’Evelyn ou un membre de sa famille prend une décision, une autre chronologie se ramifie. Le fait est que des décisions apparemment petites ou sans conséquence peuvent conduire à des résultats radicalement différents. Tout au long de Tout partoutles personnages effectuent des actions ridicules afin d’acquérir de nouvelles capacités, mais à la fin ce sont les minuscules et improbables qui finissent par changer le cours de la fête qu’Evelyn organise pour son père.

Du tout, il est facile de voir pourquoi Evelyn est frustrée par son travail, son mari, sa fille. Mais après avoir vu les nombreuses façons dont leur vie aurait pu se dérouler, les innombrables possibilités de qui ils auraient pu devenir, une vérité plus profonde émerge. Si rien n’a d’importance, alors la seule chose qui pouvez la matière est ce que vous choisissez. Le multivers peut contenir une quantité infinie de douleur et de chagrin, mais il contient également une quantité infinie de créativité, de passion, de beauté et de connexion.

À travers cette lentille, le cynisme lui-même est réduit à un autre choix. Ce n’est pas naïf ou ignorant de choisir de valoriser les petits moments, les petits actes de gentillesse. Dans un monde où tant de choses peuvent sembler insignifiantes, choisir la cruauté ou le désespoir n’a pas plus de valeur que d’opter pour la gentillesse et l’empathie. Au contraire, choisir la destruction ne fait qu’accélérer l’entropie.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.