La Chine soumet les entreprises à un test de cybersécurité devant les introductions en bourse étrangères | Moderne


La Cyberspace Administration of China appliquera de nouvelles règles aux entreprises qui détiennent les données de plus d’un million d’utilisateurs.

Le régulateur chinois du cyber-espace a déclaré qu’il avait promulgué de nouvelles règles à partir du 15 février obligeant les sociétés de plateformes disposant de données pour plus d’un million d’utilisateurs à examiner la sécurité avant d’enregistrer leurs actions à l’étranger.

L’Administration chinoise du cyberespace (CAC) a également déclaré mardi que ces entreprises devraient s’inscrire pour examiner la cybersécurité avant d’envoyer des listes de candidatures aux responsables de la sécurité étrangers, selon un article publié sur son compte WeChat.

Les entreprises ne seront pas autorisées à s’enregistrer dans d’autres pays si l’examen considère que la sécurité nationale pourrait être compromise, a-t-il déclaré.

C’était un mouvement récent un certain nombre de changements récents que le gouvernement chinois a ordonnés pour renforcer les cadres réglementaires maritimes.

Les actions de Hong Kong se sont affaiblies sur les émissions de CAC. L’indice Hang Seng a chuté de 0,36% mardi et la perte technique de la ville était de 1,32%.

Les actions de Hong Kong Exchanges and Clearing Ltd, qui gèrent la bourse de Hong Kong, ont chuté de 1,8%, en baisse de 2,4% après l’annonce.

De fortes restrictions

Le CAC a publié les règles en juillet pour la première fois, déclarant que la surveillance de la sécurité se concentrera sur le risque que les données soient compromises, traitées ou utilisées par des gouvernements étrangers après des listes externes.

De nouvelles règles concernant l’utilisation du contrôle technique des algorithmes seront réédictées à partir du 1er mars, a indiqué la CAC dans un communiqué.

Ces lois, qui a été publié pour la première fois en août de l’année dernière, obligera les entreprises à accorder aux utilisateurs le droit de désactiver le service et renforcera le contrôle des journalistes qui utilisent la technologie.

Les régulateurs chinois du cyber-espace imposent des restrictions plus strictes sur la collecte et le stockage des données. Les autorités font également pression pour que les entreprises s’enregistrent dans leur pays.

Deux autres nouvelles lois, la loi sur la protection des données et la loi sur la protection des informations personnelles, qui traitent respectivement de la conservation des données et des données confidentielles, sont entrées en vigueur l’année dernière.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.